Hybrid Knight

Forum hybride/maître NC-16
 

Partagez | 
 

 Grief.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Grief.    Mar 3 Nov - 16:44



Grief


Prénom(s): Grief.
Nom: Anciennement Ethil Riskein.
Âge: 25 ans.
Sexe: Masculin.
Orientation sexuelle: S'en importe peu.
Groupe: Rebelle Hybride.
Royaume: Aucun.
Rang: Déserteur.
Métier: Se contente de survivre.
Animal: Loup.
Pouvoir: Terre. Grief provoque des séismes sous le coup de ses sentiments. Si les séismes sont la plus part du temps très faibles, il lui arrive parfois d'en créer des catastrophiques. Cela l'épuise bien évidemment et cela n'arrive que très peu fréquemment.

Explications :

En proie à des émotions diverses régulièrement, son corps ne réagit plus réellement et son pouvoir provoque donc des tremblements légers, soit de 1 à 4 sur l'Échelle de Richter. Ce type de secousse est ce qui est déclenché régulièrement chez Grief. Notre jeune homme est d'ailleurs toujours en mouvement, surtout ses mains qui ne cessent de trembler naturellement.

De 5 à 7, cela arrive beaucoup moins régulièrement et ici, le stade 7 est quasi inexistant. Son corps subit les mêmes tremblements que le sol, c'est ainsi qu'il déclenche les séismes. Son corps subit donc de violent spasme et la seule fois ou il a atteint le niveau 7, il a été mis en soin intensif pendant des mois.

Le stade 8, 9 & + est donc inexistant chez notre hybride. Il n'est pas impossible, mais jamais il ne pourra l'atteindre. Le faire signerait son arrêt de mort. Déchirement des tissus, os brisés, les organes fonderaient complètement sous la pression, si ce n'est l'arrêt cardiaque qui mettrait fin à ce calvaire.


Caractère
Que dire de Grief. Que dire en premier temps sur le petit garçon qu'il a été pour être ce qu'il est aujourd'hui ? Tout se résume facilement par l'hyperactivité. Touché par ce trouble de la personnalité par les gênes, son père étant lui-même hyperactif et ayant un manque de concentration conséquent, notre garçon a vite été repéré par son désordre.

Aujourd'hui adulte, certaines choses n'ont cependant pas changé malgré qu'il ait dû apprendre à se canaliser : la violence dont il fait preuve est son atout, mais surtout, le mal-être qui fait de lui un hybride attaché et cloitré à l’écart des autres. Solitaire, instable donc, il n'en est pas moins un être vivant stupide, bien au contraire. Les gens ne voient de lui que ce qu'ils désirent voir, que ce qu'ils désirent bien entendre. Car Grief est intelligent, très intelligent, s'il n'est pas capable de tenir en place, et qu'il se comporte parfois comme une bête de foire, il sait réfléchir aux conséquences de ses actes et surtout, il sait analyser avec perfection son entourage, et ainsi, anticiper facilement des réactions. Il sait aussi tenir une conversation polie, être courtois et employer des mots que l'on ne penserait pas dans son vocabulaire, mais il préfère garder ça à qui désirera bien l'entendre.

La sélection naturelle s'étant faite chez lui, il est normal qu'à son tour il le fasse chez les autres. C'est pour cela aussi qu'il est difficile pour l'humain de devenir son binôme, un tout. Personne n'est apte à se pencher sur son cas, personne au royaume n'est apte à faire face à sa façon d'être. Car tout ce qui le rebute ou qui ne va pas dans son sens, il le dégomme. Comme dit précédemment, la violence est son quotidien : incompris pendant son adolescence, classé comme étant un hybride à problème, personne n'a su lui donner les formes de son éducation, ni même lui donner une chance. Élevé pour être un bon gardien, et surtout, un gardien efficace en cas de problème, cela s'est bien souvent retourné contre son précepteur. Vif, le défaut de son peu de concentration lui a toujours attiré des problèmes. Mais on ne lève pas la main sur Grief, sinon, le coup est redonné au centuple.

Forcé de s'entrainer pour le faire devenir ce qu'on avait prévu de son avenir, notre hybride s'est forgé une carapace assez épaisse, autant dans sa tête, que dans son cœur. On ne lui a pas donné le surnom de Grief pour rien, il ne le porte pas comme prénom pour rien non plus : juste pour ne pas oublier ce qu'il était, ce qu'il a subit, qu'il est un homme quelque part et non une bête.

Déterminé et bien que désordonné, bien décidé à s'offrir une nouvelle vie, certains sentiments lui manquent aujourd'hui pour redevenir un être un peu plus chaleureux, un peu plus...complet. Depuis combien de temps n'a t-il pas connu un sentiment agréable lui brûler la poitrine ? Sans oublier les petits plaisirs de la vie quotidienne ? S'il n'est pas plus curieux que cela de le redécouvrir, il n'en est pas moins impatient de réussir à devenir un autre homme, à sortir de ses barrières qu'on lui a toujours forcé à apprendre.

Il a soif d'apprendre, tout simplement, avec quelqu'un qui saura avoir de la patience avec lui. Il ne croit pas trop au binôme parfait, mais il lui reste un peu d'innocence encore pour se dire que rien n'est impossible.



Physique
Grief n'est pas parfait. Son corps est sec, nerveux, mais il est surtout robuste et c'est là qu'est son point fort. L'on regarde chez lui son endurance avant son esthétique. Parce que du côté esthétique, bien qu'il ne soit pas vilain à voir, il y a clairement mieux.

Banal pourrait-on dire ? Il n'est pas passe partout, mais il est clairement infaisable de le ranger dans un classement de noblesse. Ses cheveux sont cassants, semblables à de la paille, d'un roux ternie par son train de vie. Les laissant en arrière mouillés, ils trouvent alors une position naturelle en bataille une fois secs. Sa peau est plutôt rêche, faisant peu attention à lui, couverte de marques faites par les punitions ou même par lui même dans des élans de nervosités.

Les marques sont d'ailleurs ce que l'on perçoit en premier chez lui. Celles du visage sont celles qui méritent toujours une attention particulière venant d'une personne extérieure. Sa peau étant blanche, d'un reflet verdâtre, les cicatrices de son visage ont tournés dans une couleur similaire. Anomalie de pigmentation ? Qui sait. Quoi qu'il en soit, elles sont l'attention principale mais aussi ce qui définies un peu le personnage.

Bien heureusement, après cela, c'est son regard qui prend le dessus. Vous parler de la forme de ses yeux ou de sa couleur ne serait que trop ridicule, personne ne s'en soucie. Ce qui est marquant, flagrant, n'est autre que la hargne, la colère, la détermination que l'on peut lire dans ses iris. S'il pouvait tuer d'un regard, il le ferait bien souvent. C'est aussi ça qui plait auprès de la garde des Guardians chez Grief, de voir qu'il est prêt à tout pour avoir ce qu'il désire : et pour eux donc, de l’appâter pour lui donner une bonne raison d'obéir.

Concernant les détails divers : une pomme d’Adam bien marquée, un nombril creusé, des ongles cassées, voir souvent arrachés, aucune forme hybride visible (pas d'oreilles, pas de queue visible) hors mâchoire (Canines pointues, force de la mâchoire équivalente à celle de son hybridation). Sa voix est roque, sa gestuelle rapide et généralement violente. D'avoir toujours une muselière le fait avoir les lèvres sèches constamment dès qu'on la lui retire -habituées à l'humidité- il a donc un peu de mal à se passer de ce "cache".



Histoire

0 à 13 ans

Grief est né rebelle. Il est né sous le prénom de Ethil. Et Ethil était un beau bébé, comme n'importe quel enfant né de parents désireux d'avoir une progéniture. A peine pouvait-il marcher qu'il en faisait déjà baver à ses parents, mais ses derniers restaient fiers de lui, lui qui était toujours en pleine forme. Mais très vite, ils durent reconnaitre qu'il ne serait pas un enfant comme tous les autres : trop agité, ne répondant pas toujours lorsqu'on l'appelait, pleurant sans cesse lorsqu'on l'empêchait de faire ce qu'il avait décidé de faire...Cela était de famille, avait toujours dit son père, comme une maladie incurable, Ethil était voué à être toujours en mouvement, quoi qu'il arrive. Et le pouvoir qui le caractérisait, qui l'habitait était surement ce qui rendait presque héréditaire son hyperactivité. Le pouvoir de la terre, celui habitant ses ancêtres depuis des générations, ce don de pouvoir se faire craindre par un craquement de la terre, de sa destruction, le gardait sans cesse en mouvement, tout comme la Terre elle même ne pourrait jamais s'arrêter.

Cela ne dérangea cependant pas notre garçon le moins du monde. Habitué à vivre comme bon lui semblait, étant amené à bouger régulièrement pour ne pas se faire attraper par les Red Queens et les Guardians, d'être sans cesse en mouvement lui permettait simplement de vivre agréablement. Ses mains tremblants toujours constamment, la seule chose qui le mettait dans des états impossibles était la force qu'il avait à les regarder bouger : « Allez, je veux, je veuuux ! » Forcer son pouvoir n'a jamais rien eu de bon, et à chaque fois qu'il tentait de faire bouger la terre, il gagnait plutôt le gros lot de faire de l'hyper tension et de saigner du nez sans arrêt. Pressé, trop pressé disait sa mère.

Mais Ethil était tout ça, difficile à canaliser, il entendait souvent ses parents parler de leur passé, de celui de leurs ancêtres. Car avant la rébellion, sa famille appartenait à une famille de noble. Grands étaient-ils, forts également, notre jeune garçon voyait en eux des humains qui étaient impressionnants, vifs, des guerriers. Il trouvait cela intéressant, mais comprenait aussi pourquoi sa famille s'en était détaché : vicieux, sournois, hautains et colériques, ils avaient aussi des défauts qui étaient difficilement vivable sur le long terme.

Rêver, il savait faire aussi. Ce fut même sa perte. Car notre jeune homme s'inventait une vie, quelqu'un avec qui il pourrait nouer des liens forts, avec qui il pourrait vivre normalement, avec qui il arriverait à devenir fort ! Restant toujours à l'écart de son groupe, quelle ne fut pas sa surprise lorsque les siens se firent attraper par les Guardians. Terrifié, faisant trembler le sol et les gardiens qui tentaient de l'attraper, il perdit connaissance assez vite par cet effort trop surhumain pour son corps si jeune.

Lorsqu'il rouvrit les yeux, il était dans cette cage. Ou était ses parents ? Jamais personne ne lui donna de réponse. Il comprit alors bien vite qu'il était le dernier, mais pour quelle raison ? Étant jeune, il était encore facilement modulable, on l'en avait informé alors qu'on le menait dans une sorte d'endroit clos, comme une énorme cage, mais sans barreau. Une pièce ou la lumière ne perçait que par le plafond, si haut soit-il, comme un puits gigantesque et sans eaux. On l'y avait attaché, comme un vulgaire animal. On l'y laissa seul les premiers jours. Il y avait bien quelqu'un de l'autre côté des murs, il le savait, il le sentait, mais personne ne venait le voir, ni même le nourrir. Ses pouvoirs se déclenchaient alors par la colère, la tristesse, l'envie, la faim...Ils le testaient. Cela dura plusieurs mois, venant le nourrir pour le laisse subsister. Le manque de compagnie le rongeant, il se forma une carapace, il commençait à s'inventer des mondes à nouveau, il perdait la tête, parlait seul et plus le temps passait, plus les tremblements ne quittaient plus son corps.

Voyant que les résultats n'avançaient plus, ils virent le chercher pour le ramener vers la civilisation. Toujours enfermés, il ne fut cette fois-ci pas seul, mais en la compagnie d'un autre hybride : Dacies. Lui aussi avait été un rebelle, mais il avait échappé à la mort par la force dont il savait faire preuve. Couvert de cicatrices, ayant un franc parlé plus que cocasse, c'est ce dernier qui lui apprit bien des choses sur sa condition. Ainsi donc, lorsqu'il serait plus grand, il aurait un binôme ? Dacies lui avait avoué qu'il n'attendait rien d'un humain, qu'il était bien trop différent pour en avoir un, mais que cela était aussi un atout, il resterait libre, d'une certaine manière. Appréciant sa compagnie, cherchant du réconfort chez lui, le destin les sépara quelques temps plus tard. Était-ce un mal ?

Pour Ethil, qui sortait un peu plus souvent et que l'on entrainait, cela l'était, oui. Il avait beau sortir, qu'un garde l'aide dans sa démarche à devenir un bon hybride, notre jeune homme perdait ce qui faisait ses bases de vie. Et sa vie n'était pas sainte. Il ne voulait pas replonger, être à nouveau seul, à nouveau enfermé, jamais, jamais...

Alors la nuit, il hurlait. Il se réveillait et hurlait. Les gardes avaient beau tout faire, comme des terreurs nocturnes, il se débattait et n'arrivait plus à fermer l’œil de la nuit. Cela le rongeait et plus le temps passait, plus il commençait à devenir ingérable. Le manque de sommeil le rendait hargneux. Il n'obéissait plus, rechignait l'idée que l'entrainer était pour son bien. Crise d'adolescence ? Pouvons-nous réellement parler de cela pour un hybride ?

14 à 20 ans

Fort, il était fort. C'était ce que son nouveau précepteur ne cessait de lui dire. « Tu seras un hybride fort et l'humain qui t'accompagnera au combat sera fier de t'avoir ». Mais avant, les coups pleuvront. « Tu dois t'entrainer, de force, car tu es fort, tu dois l'être bien plus encore, tu en as la capacité ». Oui, il en avait la capacité, mais il rechignait toujours autant devant l'autorité. Il détestait cela. Le bâton et la carotte. C'était comme ça que cela marchait. Il insultait alors les gardes, il activait son pouvoir plus qu'il ne le fallait, il tapait, hurlait, cognait de plus en plus fort, jusqu'au sang parfois, tentant plus d'une fois de se rebeller. Et les coups tombèrent encore et encore. Plus d'une fois, il entendit qu'ils auraient mieux fait de l'abattre, il n'était qu'une raclure, mais jamais la sentence ne pointa le bout de son nez. A croire que plus il se rebellait, plus ils le testaient. « Il est parfait, puissant. » Entendait-il. « Imagine le, avec un binôme, chassant les rebelles ! » C'était ça qui les faisait le garder.

Les années passèrent donc. Son surnom fut alors trouvé. Car son précepteur lui savait, il savait toute la douleur qu'on pouvait lui infliger, toute la douleur qu'il s'infligeait lui-même à ruminer dans sa cage. Lorsqu’on l'enfermait pour le punir, lorsqu'on le séparait des autres...ça le tuait petit à petit. Mais on maintenait de l'espoir en lui, celui de trouver quelqu'un qui lui donnerait envie de vivre, l'envie de se battre, l'envie d'être à leur côté. Mais le temps passait et personne ne venait. Personne ne désirait réellement de lui, trop brut, trop indiscipliné.

Se calmant vers ses 19 ans, un garde humain, assez baraqué se permit de faire le pari fou de le prendre avec lui sur le terrain. Si on le lui refusa, il insista plus d'une fois. « Ce gamin est une force brute ! Vous l'avez éduqué comme une machine de guerre et vous ne vous en servez même pas ! Ce mec a du flair, il reste un animal, laissez-moi faire. »

Le terrain fut donc pour Grief. Avec cet homme. S'il ne l'appréciait pas plus que cela, de voir autre chose que l'endroit ou on l'avait fait grandir ses dernières années, il ne pouvait que l'en remercier. Il chassa donc sous les ordres de cet homme. Une fois de plus, l'appât marchait bien, il serait récompensé comme il se devait.

20 à aujourd'hui

Et la récompense fut immense. On le proclamait Guardians. S'il était fier ? Non. Mais au moins, il n'était plus un moins que rien. Il avait un titre, on ne le frappait plus, il s'entrainait avec les autres. Certes, il n'avait pas le droit de sortir en dehors des missions, mais il se disait qu'à présent, étant citoyen à part entière, peut-être que quelqu'un désirerait enfin de lui ? En vain.

Et plus les missions passaient, plus l'envie de fuir le prenait. Ses cicatrices le démangeaient, la faim ne venait plus, les tremblements devenaient de plus en plus fort suivant ses états d'âmes. Dépressif ? Il était sur cette pente, oui. Il avait le soutien de quelques uns de ses "collègues" mais tout ce qu'ils récoltaient était des coups, des secousses, car aucun d'eux ne savaient s'y prendre, aucun d'eux n'étaient dans sa situation, aucun d'eux ne pouvaient réellement comprendre.

Seul cet homme, celui avec qui il partait en mission arrivait à le faire oublier, parfois. Mais ce dernier avait trouvé un hybride, plus sage, plus fort maintenant qu'il était en duo, bref, ce n'était toujours pas pour lui, alors qu'il avait eut un espoir envers cet humain malgré son côté farouche. Rongé, la goutte d'eau qui fit déborder le vase fut sa dernière mission. Des enfants, il y avait des enfants sur ce coup-là. Ils étaient si rares. Et ils serviraient comme lui à servi. Il ne laisserait pas faire. Alors, comme si cela avait été une évidence, une fois rendu à la base, une fois les avoir attachés, il se précipita de leur voler leur vie. Ils étaient trois petits êtres, il n'en restait plus que des cadavres. Si on tenta de l'en empêcher, sa colère éclata et son pouvoir se déclencha sans que personne ne puisse rien y faire.

Son corps vibra comme jamais, il sentit ses os se fracturer et avant de perdre connaissance, il vit le bâtiment principal de la garde s'effondrer. Il ne se réveilla que quelques mois plus tard, à sa grande surprise. Que voulait-il encore de lui ? Il était persuadé qu'il lui aurait retiré la vie. Mais non. Ils le savaient instable, ils avaient misé sur lui enfant, ils n'avaient pas en projet de l'abattre. Malgré tous, des questions se posaient : que feraient-ils réellement de lui ? Malgré l'insistance de l'homme qui avait eu sa garde jusque présent à le faire retourner sur le terrain, le refus était cette fois-ci catégorique.

Se retrouvant à nouveau reclus, épuisé, il puisa malgré tout dans ses dernières forces pour fuir les lieux. Sa place n'était pas ici. Les travaux de reconstruction n'étant pas encore terminé, il profita des dysfonctionnements matériels des lieux pour se faire la belle.

Et ce fut à son tour de se faire traquer.

A l'heure actuelle, il a trouvé refuge sous terre, non loin des montagnes, cherchant cette solitude qui l'a toujours rongé, afin qu'on lui foute juste la paix, qu'il reparte de zéro...

Notes :


- On a commencé à lui mettre une muselière à l'âge de 14 ans. Insultant et jurant, n'arrivant pas à le faire taire, cela a été la seule solution pour qu'il se la boucle. Elle est faite de cuir et pour qu'il ne soit pas gêné avec, il doit mordre dans le cuir à l'intérieur. Il ne peut donc pas communiquer, mais il peut respirer sans problème.

- Les problèmes psychologiques liés à la solitude l'ont quitté dès lors qu'il a pu sortir de son environnement. Il déteste toujours autant être seul, mais il ne s'invente plus des mondes et n'a plus de crise nocturne.

- Il a toujours sa muselière et ses liens qui le maintenaient prisonniers à l'heure actuelle. Il a réussit à retirer la muselière pour s'alimenter mais n'arrivant pas à retirer les liens, il a énormément de mal à chasser et à remettre le cuir qui maintenait son flot de parole : ses lèvres sont devenues sèches, habituées à l’humidité, elles craquèlent et il n'a qu'une hâte, trouver quelqu'un qui pourrait l'aider dans sa misère.



Irl...
Surnom : Ange
Ton âge : 26
Le personnage sur l'avatar : Sarutobi Sasuke ; Sengoku Basara.
Comment tu as découvert le forum : Dvirounet o/
Un mot à dire sur le fofo?: Et bah euuh, rien à dire pour le moment o/ J'espère juste que mon idée de perso rentrera dans le contexte ♥
Le code :


© Code by KoroJuùrii


Dernière édition par Grief le Lun 9 Nov - 18:36, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Grief.    Mar 3 Nov - 16:50

Bienvenueeeuh ♥♥♥

Bon courage pour ta fiche :3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Grief.    Mar 3 Nov - 17:08

Bienvenue ^o^

Bon courage pour ta fiche, en espérant que tu te plaise parmi nous =)
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 248
Date d'inscription : 25/04/2015

Feuille de personnage
Maître/ Partenaire::
Hybrides:: Aucun!
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Grief.    Mar 3 Nov - 17:14

Bienvenuuuue!!! Nous sommes heureux de t'accueillir! ^^ Je te souhaites bonne chance pour ta fiche ^^ Si tu as des questions n'hésites surtout pas! ^^

PS: Je remercie Dvir kun ! aw

_________________

Merci Leim pour le kit!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Grief.    Mar 3 Nov - 17:24

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Ran
 
 
avatar
Messages : 303
Date d'inscription : 14/12/2012

Feuille de personnage
Maître/ Partenaire:: /
Hybrides:: /
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Grief.    Mar 3 Nov - 18:09

Bienvenue sur le fo! J'aime ton ava *^* bon courage pour ta fiche et si tu as des questions n'hésite pas ~ et ton pouvoir je l'aime! Il est trop cool!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Grief.    Mar 3 Nov - 21:31

Uuh, merci beaucoup pour cet accueil de fou *o*
En plus y'a plein d'avatar de la Reine des fleurs (même Ghislain) roooh, mes yeux aiment o/

Et merci pour le pouvoir Ran !!

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Grief.    Lun 9 Nov - 15:44

ALORS.

J'ai terminé ma fiche. Seulement, je me suis lancé dans une histoire que je n'avais pas du tout prévu. J'ignore si ce que j'ai écris est plausible et si on le pense être un martyre, ce n'est pas du tout ce que j'ai voulu.

Voila, voila x_x

Revenir en haut Aller en bas
Ran
 
 
avatar
Messages : 303
Date d'inscription : 14/12/2012

Feuille de personnage
Maître/ Partenaire:: /
Hybrides:: /
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Grief.    Lun 9 Nov - 17:23

Alors, alors ~ Déjà j'ai beaucoup aimé son histoire! Malheureusement, il va falloir la modifier quelque peu sur certains points >:

-Les Red Queen, ne font pas de prisonnier, ils tuent les rebelles pour ne pas qu'ils puissent rejoindre les rangs du royaume d'Arcadia. Ce sont les Guardians et les chasseurs qui capturent ~
-A Jiyuu, les humains et hybrides sont au même rang, donc pour moi ça me parait peu plausible qu'on l'enferme, puis qu'on le forme de cette façon '-' par contre, ça serait tout à fait possible à Arcadia! En fait, si ton histoire se déroulait à Arcadia et non dans le royaume où il y a l'Oracle ça serait bon!

Et je crois que c'est tout! Oui en fait, ton histoire passerait mieux si ça se passait à Arcadia!

Je crois que j'ai fait tout les points qui devaient être modifiés, si tu as besoin d'éclaircissement tu peux me mp, ça ne me dérangerais absolument pas! *est là pour ça*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ran
 
 
avatar
Messages : 303
Date d'inscription : 14/12/2012

Feuille de personnage
Maître/ Partenaire:: /
Hybrides:: /
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Grief.    Lun 9 Nov - 22:09




Félicitations !



Maintenant que les modifications sont faites, je peux te valider ~ Je l'ai déjà dit mais j'aime beaucoup son histoire! Amuse-toi bien sur le fo ~

Félicitations! Tu as complété ta fiche personnage avec brio! Te voici prêt/prête pour rp sur Hybrid Knight!
Pense bien à  recenser ton avatar! Tu peux aussi faire ta fiche de lien  et demander un logement ! Selon ton groupe tu peux aussi faire une demande d'hybride/maître/partenaire ici ~


Si tu as la moindre question, n'hésites pas à contacter tes administrateurs et modérateurs chéris que sont Azazel et Ran! <3

© Narja - Never-Utopia

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Grief.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Grief.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» J'ai un pseudo à la con, mais je vous prierai de ne m'en tenir grief...
» Barbare trombe/frenzy double grief?
» Victarion+Longship Grief
» Puella Magi Madoka Magica : Grief Syndrome
» AILEEN → "It sets the air on fire. No pain. An end to sorrow, grief, regret. Everything."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hybrid Knight :: Refusée-